samedi, juin 25, 2022

Les 7 meilleurs livres sur l’Everest à lire ou à offrir !

Découvrez notre sélection des meilleurs livres sur l’Everest à lire ou à offrir !

1. Respire, tu es vivante – De Lhassa à l’Everest, une aventure écologique et spirituelle – Marion Chaygneaud-Dupuy

Résumé du livre :

Personne n’y croyait et pourtant, Marion Chaygneaud-Dupuy a accompli l’impossible. Initiée par des maitres bouddhistes tibétains, elle médite dans des grottes pendant des semaines, elle explore la conscience à l’âge où d’autres entrent à l’université. À 22 ans, elle s’installe au Tibet, ou elle devient guide de trekking et de montagne. Elle parcourt et raconte au fil de ses expériences le fonctionnement de l’esprit, les mille liens qui nous relient à tous les êtres et à la nature.

D’abord sauvage comme une panthère des neiges, son cœur s’ouvre progressivement au contact des guides de montagne et des nomades des hauts plateaux. Elle témoigne avec émotion dans ce récit de leurs efforts pour perpétuer leurs traditions, tout en embrassant la modernité. Persuadée de l’urgence de passer à l’action, elle soutient  » l’Institut des nomades  » et organise les expéditions  » Clean Everest « , afin de débarrasser la face nord de l’Everest de tous les détritus accumulés depuis des décennies.

Marion Chaygneaud-Dupuy raconte comment elle a réussi à gravir trois fois l’Everest. Exploit sportif ? L’autrice est avant tout une alpiniste écoresponsable, qui a grimpé jour et nuit pour mettre au point un modèle de gestion des déchets en haute montagne. Elle raconte avec passion comment elle a mis en place l’opération  » Clean Everest  » pour préserver la qualité des glaciers himalayens, aujourd’hui menacés par le réchauffement climatique.

En trois ans, elle a permis de redescendre dix tonnes de déchets. La jeune femme de 40 ans s’apprête à rejoindre l’Europe. Dans ce récit, elle offre les clés de son aventure spirituelle et écologique, et nous invite à mettre la compassion au cœur de toute action.

Biographie de l’auteur :

Marion Chaygneaud-Dupuy est née en 1980 en Dordogne. À 18 ans, elle intègre un monastère bouddhiste en Inde, où elle étudie la méditation pendant quatre ans. Devenue guide de montagne en Himalaya, elle accompagne les populations nomades dans leurs projets éducatifs sur les hautes steppes du Tibet.

Elle est la première femme européenne à gravir trois fois l’Everest et à l’origine du projet Clean Everest, une opération annuelle de nettoyage des déchets de cette montagne, qui est aujourd’hui devenu un modèle réplicable sur d’autres sommets d’Himalaya.

2. Les Soldats de l’Everest: Mallory, la Grande Guerre et la conquête de l’Himalaya – Wade Davis

Résumé du livre :

Le 6 juin 1924, 7 000 m d’altitude : deux hommes quittent leur camp perché sur une vire de glace. Objectif : le sommet de l’Everest, encore jamais gravi.

On ne les reverra pas vivants. Avec George Mallory, âgé de 37 ans, le monde perd le meilleur alpiniste britannique de sa génération.

Qui sont ces hommes partis, quelques années après la Première Guerre mondiale, au coeur d’un Himalaya inconnu des cartes ? C’est ce que nous raconte Wade Davis, qui nous emmène de l’Angleterre aux Indes, des tranchées de 14-18 aux confins encore inexplorés du Tibet, des sables ensanglantés d’Irak et de Gallipoli aux sommets immaculés de l’Himalaya.

Intrigues diplomatiques entre la Grande-Bretagne et la Russie tsariste et bolchévique, négociations secrètes entre le Raj indien et le Dalaï-lama : l’aventure de l’Everest ne fut pas qu’un haut fait de l’alpinisme ; après une victoire militaire qui laissait les vainqueurs aussi exsangues que les vaincus, elle représenta, pour les rares soldats revenus vivants mais à jamais meurtris, et pour un pays qui avait perdu toute foi en lui-même, un puissant symbole d’espoir et de rédemption nationale.

Grâce à Wade Davis, nous découvrons ces hommes remarquables qui ont mené cette aventure à bien, anciens soldats pour la plupart, géographes, médecins, explorateurs, naturalistes et alpinistes. Ils ont parcouru à pied, à dos de mule et de cheval des milliers de kilomètres dans un territoire jamais exploré, affrontant les chaleurs de l’Inde et les rigueurs glacées du Tibet, l’oeil fixé sur un nouveau Graal : le sommet de l’Everest.

Biographie de l’auteur :

Wade Davis a reçu de nombreuses distinctions comme la Golden Medal of the Royal Canadian Geographical Society (2009), la Lowell Thomas Medal (2002), la Explorers Medal (2011) ou encore la David Fairchild Medal for Plant Exploration (2012).
En 2012, ce livre a remporté le prix Samuel Johnson, la plus haute distinction britannique pour un ouvrage de non-fiction. Il a été traduit en Chine, au Japon, en Hollande et en Espagne.

3. Sherpas, fils de l’Everest : Vie, mort et business sur le Toit du monde – Laurence Shakya et Patricia Jolly

Résumé du livre :

Le 18 avril 2014 sur le versant népalais de l’Everest, une avalanche tuait seize sherpas qui préparaient la voie pour leurs riches clients amateurs de sensations fortes. C’était la première fois depuis sa conquête en 1953 que le Toit du monde tuait autant d’hommes – tous népalais – en une seule journée.

Cet accident – et le mouvement de revendication sans précédent qui l’a suivi – a jeté une lumière crue sur les divergences d’intérêts entre ces montagnards locaux qui risquent leur vie pour mieux la gagner, un Etat népalais dépassé, et des étrangers consommateurs d’exploits. Sherpas, fils de l’Everest, rédigé après une enquête et des dizaines d’interviews, témoigne de l’évolution des mentalités des porteurs d’altitude, ces montagnards aux capacités physiques hors norme sans qui l’industrie de l’alpinisme et du trekking népalais n’existerait pas.

Biographie de l’auteur :

Patricia Jolly est reporter au Monde depuis 1995 et spécialiste de la montagne. Passionnée de montagne et d’alpinisme, elle passe tout son temps libre dans la vallée de Chamonix.

Laurence Shakya est traductrice-interprète diplômée de l’INALCO en langue népali et installée à Katmandou depuis trente ans.

4. Laissé pour mort à l’Everest – Beck Weathers

Résumé du livre :

Le 10 mai 1996, Beck Weathers, un Américain de 49 ans, survit miraculeusement à la tempête qui a coûté la vie à huit membres de deux expéditions dans l’ascension de l’Everest (8 848 mètres). Il relate comment, désorienté, quasi aveugle, les deux mains gelées et le visage rongé par le froid, il a trouvé la force de redescendre seul au camp 4, à 8 000 mètres. Et comment cette expérience a littéralement permis sa renaissance.

Biographie de l’auteur :

Médecin anatomopathologiste, Beck Weathers vit à Dallas au Texas. Son caractère dépressif l’a amené à sans cesse repousser ses limites physiques jusqu’à sa tentative d’ascension de l’Everest en 1996. Il est devenu un conférencier très sollicité.

5. Tenzing: Sur le toit du monde avec Edmund Hillary – Christian Clot et Jean-Baptiste Hostache

Résumé du livre :

Comment Tenzing est devenu le premier homme à gravir l’Everest

Lorsque les Anglais proposent au sherpa Tenzing d’être le sirdar (chef des porteurs) de leur expédition à l’Everest de 1953, il n’accepte qu’à une condition : être considéré comme un grimpeur à part entière et avoir sa chance pour le sommet. Une demande incroyable ! Mais l’expérience de Tenzing est indispensable et les Anglais acceptent, persuadés de pouvoir le laisser de côté lors de l’ascension finale.

Après sept échecs, conquérir l’Everest est une obligation stratégique pour l’Angleterre et son prestige international. Face à ces enjeux énormes, Tenzing avec son rêve d’enfant de gravir le toit du monde auprès duquel il est né, est esseulé. Pourtant, sa force de caractère et ses qualités de grimpeur lui gagnent la confiance du colonel Hunt, le chef d’expédition, et l’amitié d’Edmond Hillary.

À l’heure du choix, Hunt choisit Hillary et Tenzing qui deviendront les deux premiers hommes au sommet de l’Everest. Mais l’Angleterre peut-elle accepter qu’un Népalais et un Néo-Zélandais soient les deux premiers « Anglais » au sommet du monde ?

Biographie de l’auteur :

Christian Clot mène depuis une vingtaine d’années des expéditions d’explorations scientifiques dans les milieux les plus extrêmes de notre planète : très hautes montagnes, jungles, déserts, mers et sous-marins… Il a réalisé, seul ou à plusieurs, une trentaine d’expéditions sans moyens motorisés, avec plusieurs premières à son actif dont la première exploration du centre de la Cordillère de Darwin (Chili).

Son constant questionnement sur la capacité de l’homme à s’adapter à son milieu lui font rapidement coupler ses expéditions avec des travaux scientifiques portant sur l’humain et la cognition, pour lesquels il a créé le groupe de recherche ADAPTATION. Dans ce cadre, il a réalisé, en 2016 et en 2017, quatre traversées solitaires successives de trente jours dans quatre des milieux les plus extrêmes de la planète. Ces voyages lui permettent d’étudier comment le cerveau se transforme dans un environnement étranger. Il transmet ses connaissances par le biais de conférences, de livres et de films pour lesquels il a été plusieurs fois primé.

Passionné de bande dessinée, il propose en 2010 aux Éditions Glénat une série sur les Grands Explorateurs. Celle-ci devient la collection « Explora » en 2012, il en scénarise certains tomes comme Charles Darwin (tomes 1 et 2, 2015-2016), Tenzing (2014) ou Magellan (2012)… Il est aussi l’auteur d »Ultima Cordillera (Arthaud, 2007) et de livres jeunesse comme Moi, Explorateur (Glénat, 2017). Il est Vice-président de la Société des explorateurs français et membre de plusieurs sociétés savantes.

Jean-Baptiste Hostache naît en 1981 à Rouen. En 2005 il commence à travailler dans l’animation en tant que décorateur. Il y rencontre notamment Didier Poli, qui va montrer son book à Nicolas Forsans, éditeur aux Humanoïdes Associés, ce qui débouchera sur la publication de Clockwerx en 2008.

Par la suite, Jean-Baptiste Hostache a travaillé sur Shuriken School et sur Anatane et les enfants d’Okura, deux séries animées où il fait du design-décor.  En juin 2010, il fonde avec Guillaume Dorison, Didier Poli, Xavier Dorison le Studio Elyum, destiné à développer des prestations orientées autour de la création narrative, graphique et ses multiples dérivés en BD. Il y occupe toujours la position de directeur d’écriture.

Au sein de ce studio, il travaille sur le dessin de l’adaptation en BD du Petit Prince, de la série Seigneurs de Guerre et de plusieurs titres de la collection Explora. Jean-Baptiste Hostache vit à Paris.

6. Les Népalaises de l’Everest : Quand ascension rime avec émancipation – Anne Benoit-Janin

Résumé du livre :

Dans un pays où les femmes ne bénéficient pas des mêmes droits que les hommes, gravir le plus haut sommet du monde permet à certaines Népalaises de s’élever au-dessus de leur condition. Rencontre avec neuf femmes puissantes.

Les alpinistes et les trekkeurs apprécient le Népal pour ses montagnes et le sourire légendaire de ses habitants. Ils savent, pour la plupart, la pauvreté de ce pays, mais ils ignorent le plus souvent le sort qui y est réservé aux femmes.

Au Népal, où le suicide est la première cause de mortalité féminine, une poignée de femmes ont bravé le poids des coutumes pour réaliser leur rêve et devenir les égales des hommes.
Elles sont alpinistes, Sherpanis (ethnie de la vallée de l’Everest) pour la plupart, et gravissent les plus hauts sommets du monde.

Pasang Lhamu Sherpa Akita, Maya Gurung, Maya Sherpa, Dawa Yandzum Sherpa (première femme guide de haute montagne du Népal), Doma Sherpa Pinasa, Kalpana Maharjan, Lakpa Sherpa (neuf fois l’Everest !) et Shailee Basnet (également humoriste !) ont mis leurs pas dans ceux de Pasang Lhamu Sherpa, la première Népalaise au sommet, en 1993, où elle a trouvé la mort.

Elles témoignent de leur condition, leurs aspirations, leur émancipation, dans l’intimité de conversations menées par la sociologue Anne Benoit-Janin pour la réalisation de son film Les belles envolées. Car l’Everest a donné des ailes à ces femmes. Plus haut, plus difficile que le sommet, elle font rimer ascension avec émancipation.

Biographie de l’auteur :

Anne Benoit-Janin est sociologue et une des pionnières de la démocratie participative dans la région Rhône-Alpes. En plus de ses enquêtes sociologiques au profit des collectivités locales, elle crée dans les années 1990 un journal gratuit écocitoyen, Les Antennes, pour Grenoble et sa région.

Passionnée de documentaires et de montagne, Anne a réalisé plusieurs court-métrages sur les femmes en milieu rural, les bergères, les précaires. Elle a aussi filmé l’Himalaya du Népal et du Tibet à la faveur de nombreux treks. En 2019, elle a réalisé Les belles envolées, en complicité avec son mari, le journaliste et écrivain Jean-Michel Asselin, spécialiste de l’alpinisme et du Népal, qui avait fréquenté Pasang Lhamu sur les pentes de l’Everest.

7. On ne m’a pas volé l’Everest – Lydia Bradey

Résumé du livre :

En 1988, la Néo-Zélandaise Lydia Bradey devient la première femme à réussir l’Everest sans oxygène, mais son exploit est  »  effacé   » par des compagnons d’expédition jaloux, qui l’accusent d’avoir menti. Ce texte raconte la vie d’une femme à l’énergie indomptable, courageuse dans l’épreuve, élégante dans le triomphe. Un vrai polar d’altitude, et une formidable autobiographie, d’une sensibilité très féminine (et féministe).

 » Pourquoi ont-ils fait ça ? Pourquoi ont-ils dit que je n’avais pas gravi l’Everest ?  »

Biographie de l’auteur :

Lydia Bradey est une alpiniste et une guide de montagne vivant au bord du lac Hawea, près de Wanaka, en Nouvelle-Zélande, avec son partenaire Dean Staples et un chat appelé Koshka.

En 1988, Lydia est devenue la première femme au monde à gravir l’Everest sans oxygène. À ce jour, elle est la seule Néo-Zélandaise à avoir gravi l’Everest sans oxygène et a gravi l’Everest 5 fois.

Lydia est titulaire d’un diplôme de kinésithérapeute, d’un certificat en acupuncture, d’un certificat en  » prévision d’avalanche  » de niveau 2. Elle est également guide international de ski et de montagne de l’IFMGA. Elle partage son temps entre son travail de guide de haute montagne et des conférences.

 
alexandrineÉcrit par Alexandrine
Jeune maman célibataire, lectrice assidue depuis le collège et auteur d’histoires pour les enfants à mes heures perdues.

Derniers articles