dimanche, juin 26, 2022

Les 6 meilleurs livres sur la guerre de Cent Ans à lire ou à offrir !

Découvrez notre sélection des meilleurs livres sur la guerre de Cent Ans à lire ou à offrir !

1. Le temps de la Guerre de Cent ans (1328-1453) : Version compacte – Boris Bove

Résumé du livre :

La France des XIVe et XVe siècles est une France marquée par la tragédie : famines, pestes, révoltes populaires, conflits civils et militaires… C’est le siècle de la « Guerre de Cent Ans ». Cette guerre connut plusieurs phases, entrecoupées d’accalmies et de trêves. La durée du conflit, les souffrances de ceux qui l’ont provoqué ou en ont pâti, interdisent cependant de le réduire à l’écume des jours, de le résumer à l’apparence des événements dramatiques : c’est la raison du titre de cet ouvrage.

Car ce livre s’attache moins à la narration circonstanciée des misères et malheurs de ces guerres sans fin, qu’à les comprendre, afin de restituer l’ordre qui se cache derrière le désordre et le chaos des apparences. L' »automne du Moyen Âge » est marqué par l’affirmation de l’État monarchique, une construction territoriale unifiée par la soumission à la souveraineté du roi. La conscience d’une identité « nationale », incarnée par Jeanne d’Arc, s’est forgée dans la douleur et l’épouvantement d’un siècle de fer, alors que Charles VII (1422-1461) n’est plus un prince féodal mais un véritable chef d’État.

Boris Bove renverse quelques idées reçues à propos de « la crise » des XIVe et XVe siècles : il invite à se méfier des chroniqueurs, trop enclins à détecter les signes annonciateurs de l’Apocalypse et du Jugement dernier, souvent portés à l’amplification des « malheurs du temps » pour mieux en rendre responsable le parti adverse, ennemi de toute « réforme ».

Le temps de la guerre de Cent Ans n’est pas celui d’une décadence globale mais une période tourmentée et féconde, comme en témoigne l’éclat des arts, des lettres et de la vie de cour et qui parvient, malgré tout, à renaître et à édifier les fondements d’un monde nouveau.

Biographie de l’auteur :

Boris Bove, né en 1971, est ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, agrégé d’histoire et docteur ès lettres. Il est actuellement maître de conférences à l’Université de Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis. Il travaille sur la société et l’espace parisiens à la fin du Moyen Age. Il a publié Dominer la ville.

Prévôts des marchands et échevins parisiens de 126o à 1350, Paris, CTHS, 2004. Il a collaboré à Les villes d’Italie du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle, dir. I. Heullant-Donat et F. Collard, Paris, Atlande, 2005 ; Vivre et survivre dans le Marais, dir. J : P. Azéma, Paris, Le Manuscrit, 2005.

2. La Guerre de Cent ans. L’Angleterre et la France en guerre. 1300-1450 – Christopher Allmand

Résumé du livre :

Comment la guerre de Cent Ans a-t-elle été vécue en France et en Angleterre ? Derrière les événements militaires et politiques, comment les populations ont-elles réagi au conflit ?

En retard dans le domaine des finances et de l’organisation militaire, la France commença par essuyer de nombreux revers avant de retourner la situation à son profit. Mais, loin du champ de bataille, c’est dans les sociétés elles-mêmes que les changements et les évolutions furent les plus profonds.

À travers une étude comparative des deux nations, Christopher Allmand s’attelle ainsi à déchiffrer ce que la guerre signifia pour les hommes des XIVe et XVe siècles, tandis que, peu à peu, on voit émerger de part et d’autre de la Manche les prémices d’un sentiment national.

Biographie de l’auteur :

Professeur honoraire d’histoire médiévale à l’université de Liverpool, il a publié de nombreux ouvrages dont une biographie d’Henry V (1992).

3. La Guerre de Cent Ans – Jean Favier

Résumé du livre :

Fallait-il écrire l’histoire d’une guerre  ? Jean Favier montre que ce conflit n’est pas seulement un phénomène en soi mais exprime les mouvements profonds qui animent la société médiévale  : par-delà les batailles, où il arrive que le sort d’un royaume se joue en quelques heures, la guerre devient un facteur déterminant des infléchissements de l’histoire dès lors que le noble et le clerc, le bourgeois et le paysan pensent et se comportent en fonction de cette guerre.

La guerre de Cent Ans a été le lot commun des individus comme des groupes humains, celui des féodaux encore pris dans leurs fidélités contractuelles, celui des officiers royaux découvrant le service de l’État à mesure qu’ils le conçoivent, celui de maîtres de l’Université que leurs engagements intellectuels mènent à des conflits qui n’étaient point les leurs.

En un étonnant contrepoint, Jean Favier fait jouer les thèmes divers qui s’appellent le nationalisme naissant, la réforme de l’État ou encore l’unité de l’Église.

Biographie de l’auteur :

Professeur à l’université de Paris-Sorbonne, directeur général des archives nationales et président de la BNF, Jean Favier (1932-2014) a publié de nombreux ouvrages consacrés au Moyen Age, dont il reste un des plus grands spécialistes.

4. La guerre de Cent Ans – Philippe Contamine

Résumé du livre :

La dénomination approximative, quant aux dates réelles de la Guerre de Cent Ans, a le mérite de souligner le principal caractère du conflit opposant la France et l’Angleterre à savoir son exceptionnelle longévité. Une telle durée contribue largement à la complexité de ces hostilités.

Cet ouvrage s’attache à clarifier les causes, décrire les grandes phases, exposer les conséquences sans les isoler du cadre historique plus général.

Biographie de l’auteur :

Philippe Contamine, membre de l’Institut, est professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne.

5. La ville fortifiee de la guerre de Cent Ans : Armement et tactique – Nicolas Savy

Résumé du livre :

Les récits de la guerre de Cent Ans sont émaillés d’opération menées contre des villes fortifiées. Pourtant, à part quelques faits généraux relevant de l’évidence, on ne sait que peu de choses sur la façon dont tous les types d’armement étaient utilisés et combinés pour assurer leurs défenses.

A quoi servaient les énormes trébuchets et leurs boulets de 300 kg ? Les arbalètes étaient-elles positionnées au hasard sur les ouvrages ? A quel moment jetait-on les mélanges irritants sur les assaillants ? Quel genre de tir effectuaient les canons ? La trame urbaine était-elle aménagée pour augmenter le rendement des armes ?

Surtout, au delà, existait-il une tactique présidant à la mise en oeuvre de tous les moyens dedéfense et, si oui, quelle était-elle ?Le but du présent ouvrage est d’éclairer ces questions à partir de l’important corpus documentaire et des traces archéologiques que nous ont légués les villes du grand ensemble constitué par les provinces de l’Agenais, du Périgord, du Bas-Limousin, de la Haute-Auvergne, du Quercy, du Rouergue et de l’Albigeois.

On découvre ainsi des systèmes défensifs élaborés de manière logique, cohérents et efficaces, bien plus proches de la fortification moderne que l’on pourrait initialement le penser

Biographie de l’auteur :

Nicolas Savy est un historien spécialiste de la guerre de Cent Ans. Son travail se concentre en particulier sur les opérations qui enflammèrent le sud du royaume de France entre 1345 et 1395. Reconnu pour sa capacité à analyser les données tactiques éparses issues des documents et à les confronter au terrain pour retrouver leur logique, il livre ici un éclairage nouveau sur les défenses urbaines du bas Moyen Âge.

6. La guerre de Cent Ans – Stéphanie Ledu

Résumé du livre :

Au début du XIVe siècle, la France est dévastée par la peste noire et par l’invasion anglaise. Armés d’arcs légers, les Anglais remportent victoire après victoire et occupent un quart du royaume. Le roi Charles V, aidé du chevalier Du Guesclin, mène alors une guerre d’usure efficace et arrive peu à peu à repousser l’ennemi. Mais ce n’est qu’avec l’intervention de Jeanne d’Arc, que son petit-fils, le roi Charles VII, met un terme à une guerre qui aura duré un peu plus de 100 ans.

Biographie des auteurs :

Stéphanie Ledu vit à Vichy (03). Elle a écrit une bonne centaine de livres documentaires, tous publiés aux éditions Milan, parmi lesquels tous les titres des collections « Mes p’tits docs » et « Mes docs à coller », ainsi que « Le Grand Livre de la famille », « Mon encyclo des enfants du monde » et « L’Atlas des inégalités »…

Cléo Germain est diplômée de l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême. Elle contribue à plusieurs publications de la revue collective « Choco Creed ». Depuis 2007, elle réalise des illustrations pour des bandes dessinées, des magazines, des documentaires et des romans jeunesse, notamment « La Guerre et la paix à petits pas », « Les Sociétés animales à petits pas » et « Un petit garçon tout lisse », chez Actes Sud Junior. Quand elle ne dessine pas, Cléo aime lire des bandes dessinées ou boire du thé en papotant avec des amis.

 
ludovic, auteur de l'articleÉcrit par Ludovic
Après des études littéraires, j’ai travaillé dans plusieurs libraires avec une forte appétence pour les sciences humaines. Durant mon temps libre, je suis un grand fan de sport et triathlète en pleine progression !

Derniers articles