samedi, juin 25, 2022

Les 7 meilleurs livres sur la traite négrière à lire ou à offrir !

Découvrez notre sélection des meilleurs livres sur l’esclavage à lire ou à offrir !

1. Les traites négrières: Essai d’histoire globale – Olivier Grenouilleau

Résumé du livre :

Monstrueuse, la matière de ce livre l’est, pour deux raisons. Le sujet, d’abord : le trafic d’hommes noirs,  » infâme trafic  » jusque dans les justifications qu’on a voulu lui trouver, philosophiques, religieuses, économiques, politiques. Monstrueuse aussi, son étendue dans l’espace, de l’Afrique à la Méditerranée orientale puis de l’Afrique aux Amériques, le fameux  » commerce triangulaire  » n’étant que l’une de ses composantes ; et dans le temps, puisque cette histoire est longue de près de quatorze siècles.

L’approche globale, qui met en relation l’histoire de l’esclavage avec d’autres domaines de la recherche historique – histoire des idées, des comportements, de l’industrialisation -, permet de découvrir comment des logiques différentes, propres à l’Afrique noire, au monde musulman et à l’Occident, ont pu se connecter pour donner naissance aux traites négrières.

Comment, une fois pris le pli, enclenché l’engrenage négrier, les traites ont évolué jusqu’à leur terme, résultat d’une dynamique abolitionniste. Ce livre restitue pour la première fois dans son ensemble la complexité d’un des phénomènes mondiaux à l’origine du monde moderne.

Biographie de l’auteur :

Olivier Pétré-Grenouilleau est professeur à l’Université de Bretagne-Sud (Lorient).

2. Les Routes de l’esclavage: Histoire des traites africaines VIe-XXe siècle – Catherine Coquery-Vidrovitch

Résumé du livre :

Arrachés violemment à leur terre et à leurs proches, ils furent des millions à se retrouver enchaînés, entassés comme des bêtes dans des bateaux, contraints à traverser à pied forêts ou déserts dans des conditions tellement inhumaines que presque la moitié d’entre eux en mouraient. Ce crime effroyable, qui a dévasté l’Afrique subsaharienne, a pris de nombreux visages au cours des siècles. Car ses exécuteurs et ses commanditaires sont issus de tous les horizons : de l’Afrique elle-même avec la traite interne, des différentes terres musulmanes avec les traites orientales, de l’Europe avec la traite atlantique.

Pour comprendre l’ampleur et la complexité historique de l’esclavage des Noirs, il faut donc en faire la géographie, qui passe par les routes des différentes traites. C’est cette synthèse que Catherine Coquery-Vidrovitch nous présente ici avec rigueur et pédagogie, loin de toute polémique. Elle s’appuie sur son savoir immense d’historienne de l’Afrique, mais aussi sur le riche matériau réuni dans une série de quatre films intitulée Les Routes de l’esclavage, diffusée par la chaîne ARTE, dont elle a été la conseillère historique, et où interviennent les meilleurs spécialistes issus de nombreux pays.

Un ouvrage aussi passionnant que terrible, qui révèle les rouages d’un système criminel sur lequel s’est construit en grande partie notre monde actuel.

Biographie de l’auteur :

L’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch est une des grandes spécialistes de l’Afrique, du colonialisme et du post-colonialisme. Parmi ses nombreux ouvrages, Histoire des villes d´Afrique noire : Des origines à la colonisation, Albin Michel, 1993.

3. Le génocide voilé: Enquête historique – Tidiane N’Diaye

Résumé du livre :

Cette étude éclaire un drame passé à peu près inaperçu : la traite des Noirs d’Afrique par le monde arabo-musulman. Cette traite a concerné dix-sept millions de victimes tuées, castrées ou asservies, pendant plus de treize siècles sans interruption. Les razziés étaient contraints de traverser le désert à pied pour rejoindre le Maghreb, l’Égypte ou la péninsule Arabique via Zanzibar, par bateaux…

Pourtant, cette traite négrière a été minimisée, contrairement à la traite occidentale vers l’Amérique. Pourquoi ? Parce que seule la conversion à l’islam permettait d’échapper à l’esclavage, mais n’a pas épargné les Noirs.

Toutefois, de nos jours la majeure partie de l’Afrique est devenue musulmane, d’où une forme de fraternité religieuse entre le côté « blanc » et le côté « noir » du continent, et une volonté commune de « voiler » ce génocide. Un livre polémique et courageux.

Biographie de l’auteur :

Ecrivain et anthropologue d’origine franco-sénégalaise, Tidiane N’Diaye vit en Guadeloupe, où il travaille comme économiste à l’Insee. Il est également directeur de recherches à Sup de Co Caraïbes.

Auteur de nombreuses études économiques et sociales sur les départements français d’Amérique et de plusieurs ouvrages sur les civilisations négro-africaines, il a déjà publié dans la collection « Continents Noirs », aux Editions Gallimard, quatre « enquêtes historiques » : Les Falachas, Nègres errants du peuple juif (2004), Le génocide voilé (2008), Par-delà les ténèbres blanches (2010), Le jaune et le noir (2013) et L’appel de la lune (2017).

4. À bord du négrier – Une histoire atlantique de la traite – Marcus Rediker

Résumé du livre :

Pendant les quatre cents ans que dura la traite négrière, plus de quatorze millions de prisonniers africains, réduits en esclavage, traversèrent l’Atlantique pour devenir une main-d’œuvre de masse, précieuse et gratuite. Marcus Rediker nous entraîne à bord de ces monstrueux  » donjons flottants  » et reconstitue ces voyages terrifiants au cours desquels périrent deux millions de personnes.

Il se fait ainsi le narrateur des conditions de vie terrifiantes des esclaves, de la peur des équipages enfermés à bord de ces poudrières, des rapports hiérarchiques extrêmement durs, des relations entre marins et prisonniers. Il fait, enfin, une large place aux révoltes, à l’issue souvent sanglante, que les esclaves issus d’ethnies diverses ont été capables d’organiser.

Biographie de l’auteur :

Il est professeur d’histoire atlantique à l’université de Pittsburg. Il a notamment publié au Seuil Les Révoltés de l’Amistad (2013) et Les Hors-la-loi de l’Atlantique (2017).

5. L’esclavage en terre d’Islam – Malek Chebel

Résumé du livre :

L’islam a cherché à atténuer les formes les plus pénibles de la servitude mais n’a jamais eu de doctrine franchement abolitionniste. Aujourd’hui, la question de l’esclavage se pose encore dans les pays musulmans sans susciter de débat public. Malek Chebel a visité 18 pays arabes ou musulmans et constaté la persistance d’une mentalité esclavagiste.

Biographie de l’auteur :

Anthropologue et spécialiste de l’Islam, Malek Chebel est l’auteur de nombreux ouvrages sur la culture arabe. Il a. notannnent publié « Le Dictionnaire amoureux de l’Islam » (Pion, 2004), « Le Kama-Sutra arabe » (Pauvert, 2006) et « L’islam expliqué » (Perrin, 2007).

6. L’esclavage raconté à ma fille – Christiane Taubira

Résumé du livre :

Traite et exploitation des êtres humains, colonisation, luttes pour la liberté, réflexion sur la notion de crime contre l’humanité, formes contemporaines de l’esclavage : une mère engagée répond aux nombreuses questions de sa fille. De ce dialogue s’est construit, au fil des étonnements, indignations et admirations, un livre aussi passionnant que nécessaire.

Ancienne garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira est l’auteure de plusieurs livres, dont Mes météores et Murmures à la jeunesse.

Biographie de l’auteur :

Ministre de la Justice, Christiane Taubira a été députée de Guyane de 1993 à 2012, mandat pendant lequel elle a rédigé en 2001 la proposition de loi visant à reconnaître la Traite et l’esclavage comme crime contre l’humanité.

7. Bakhita – Véronique Olmi

Bakhita
709 Commentaires
Résumé du livre :

Enlevée à sept ans dans son village du Darfour, Bakhita a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion. Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.

Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

Biographie de l’auteur :

Née en 1962, Véronique Olmi est une romancière, comédienne et dramaturge française. Elle est notamment l’auteur de Bord de mer, Prix Alain Fournier 2002, Nous étions faits pour être heureuxLe premier amour, Cet été-là, Prix des Maisons de la Presse 2011, et La nuit en vérité. Elle a cofondé le festival théâtral « Le Paris des femmes » en 2012.

 
ludovic, auteur de l'articleÉcrit par Ludovic
Après des études littéraires, j’ai travaillé dans plusieurs libraires avec une forte appétence pour les sciences humaines. Durant mon temps libre, je suis un grand fan de sport et triathlète en pleine progression !

Derniers articles