vendredi, juin 24, 2022

Les 6 meilleurs livres d’Alain Finkielkraut à lire ou à offrir !

Découvrez notre sélection des meilleurs livres de Cyril Lignac à lire ou à offrir !

1. L’identité malheureuse

Résumé du livre :

« L’immigration qui contribue et contribuera toujours davantage au peuplement du Vieux Monde renvoie les nations européennes et l’Europe elle-même à la question de leur identité. Les individus cosmopolites que nous étions spontanément font, sous le choc de l’altérité, la découverte de leur être.

Découverte précieuse, découverte périlleuse : il nous faut combattre la tentation ethnocentrique de persécuter les différences et de nous ériger en modèle idéal, sans pour autant succomber à la tentation pénitentielle de nous déprendre de nous-mêmes pour expier nos fautes. La bonne conscience nous est interdite mais il y a des limites à la mauvaise conscience.

Notre héritage, qui ne fait certes pas de nous des êtres supérieurs, mérite d’être préservé, entretenu et transmis aussi bien aux autochtones qu’aux nouveaux arrivants. Reste à savoir, dans un monde qui remplace l’art de lire par l’interconnexion permanente et qui proscrit l’élitisme culturel au nom de l’égalité, s’il est encore possible d’hériter et de transmettre », Alain Finkielkraut.

2. Pour rendre la vie plus légère : Les livres, les femmes, les manières

Résumé du livre :

« La vie est en soi quelque chose de si triste qu’elle n’est pas supportable sans de grands allègements », nous dit Flaubert. Ces « grands allègements », ces échappatoires, Mona Ozouf les a trouvés dans les arts, l’histoire, le rapport à l’autre.

En évoquant tour à tour Henry James, George Eliot mais aussi la Révolution française, l’historienne fait l’éloge de la littérature comme accès à l’ambiguïté du réel et promeut les manières comme rempart contre la barbarie ; elle s’interroge sur la singularité d’une écriture féminine et évoque sa conception d’un féminisme qui laisse une place à la différence entre les sexes.

A bonne distance de tous les enrôlements et de toutes les assignations identitaires, Mona Ozouf maintient inébranlable le souci d’une ligne originale et nous livre ses secrets, ses « échappées belles » qui rendent la vie meilleure.

3. À la première personne

Résumé du livre :

« Réactionnaire, disent-ils. Le moment m’a donc semblé venu de faire le point et de retracer mon parcours sans faux-fuyants ni complaisance. Il ne s’agit en aucune façon pour moi de rabattre la connaissance sur la confession et de défendre une vérité purement subjective. Je ne choisis pas, à l’heure des comptes, de me retrancher dans la forteresse imprenable de l’autobiographie.

Je joue cartes sur table, je dis d’où je parle, mais je ne dis pas pour autant : « A chacun sa vision des choses ». Le vrai que je cherche, encore et toujours, est le vrai du réel : son élucidation reste à mes yeux prioritaire. Cependant, comme l’a écrit Kierkegaard : « Penser est une chose, exister dans ce qu’on pense est autre chose ». C’est cet « autre chose » que j’ai voulu mettre au clair en écrivant, une fois n’est pas coutume, à la première personne ». Alain Finkielkraut.

4. Des animaux et des hommes

Résumé du livre :

« Aujourd’hui, notre pitié ne s’arrête plus à l’humanité. Elle continue sur sa lancée. Elle repousse les frontières. Elle élargit le cercle du semblable. Quand un coin du voile est levé sur l’invivable existence des poules, des vaches ou des cochons dans les espaces concentrationnaires qui ont succédé aux fermes d’autrefois, l’imagination se met aussitôt à la place de ces bêtes et souffre avec elles.

L’homme moderne est tiraillé entre une ambition immense et une compassion sans limite. Il veut être le Seigneur de la Création et il découvre progressivement en lui la faculté de s’identifier à toutes les créatures. Ainsi s’explique l’irruption récente de la cause animale sur la scène politique.

La nouvelle sensibilité aux animaux aura-t-elle le pouvoir de changer la donne ou l’impératif de rentabilité continuera- t-il à faire la loi, en dépit de tous les cris du coeur ? »

5. La sagesse de l’amour

Résumé du livre :

Il existe, dans de nombreuses langues, un mot qui désigne à la fois l’acte de donner et celui de prendre, la charité et l’avidité, la bienfaisance et la convoitise – c’est le mot : amour. Mais qui croit encore au désintéressement ? Qui prend pour argent comptant l’existence de comportements bénévoles ?

Depuis l’aube des Temps Modernes, toutes les généalogies de la morale font dériver la gratuité de la cupidité, et les actions nobles du désir d’acquisition. Il n’est pas sûr cependant qu’en reléguant l’amour du prochain dans la sphère de l’illusion, nous soyons mieux à même de penser le réel. Il se peut au contraire que nous ayons besoin de ce concept démodé, et d’une autre intrigue que celle de la possession, pour comprendre la relation originelle à autrui et, à partir de là, aussi bien le rapport amoureux que la haine de l’autre homme.

En s’inspirant de l’œuvre d’Emmanuel Lévinas, Alain Finkielkraut interroge d’un seul tenant les grandes expériences collectives de notre modernité et le rapport à l’Autre dans la vie individuelle. Philosophie sans doute, mais philosophie dramatisée par des personnages concrets, et par la présence de la littérature qui, à travers Flaubert, James et surtout Proust, est traitée ici en moyen de connaissance de l’homme.

6. La défaite de la pensée

Résumé du livre :

Malaise dans la culture. Car la culture, c’est la vie avec la pensée. Et on constate aujourd’hui qu’il est courant de baptiser culturelles des activités où la pensée n’a aucune part. Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient ainsi prétendument culturel.

Pourquoi alors choisir la vraie culture, au lieu de s’abandonner aux délices de la consommation et de la publicité, ou à tous les automatismes enracinés dans l’histoire ? Certes, nul ne sort plus son revolver quand il entend le mot  » culture « . Mais, champions de la modernité ou apôtres de la différence, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui, lorsqu’ils entendent le mot  » pensée « , sortent leur culture. Une question simple est à l’origine de ce livre : comment en est-on arrivé là ?

 
alexandrineÉcrit par Alexandrine
Jeune maman célibataire, lectrice assidue depuis le collège et auteur d’histoires pour les enfants à mes heures perdues.

Derniers articles